Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 08:58

Julien Bainvel et les élus du groupe Ensemble pour Nantes découvrent dans la presse la nouvelle organisation des écoles nantaises suite à l’application de la réforme des rythmes scolaires.

 

Cette réforme était nécessaire, mais son application devait se faire dans la durée. C’est pourquoi sur les 36 000 communes de France, à peine plus de 7 000 vont mettre en place la réforme à la rentrée prochaine ! C'est bien le signe que cette réforme ne fait pas l'unanimité sur sa mise en œuvre.

La CGT, la CFTC, le SNUipp, la FSU, Force Ouvrière, le Haut Conseil de l’Éducation, les associations d’élus, et des élus de toutes tendances, réclament le report à 2014.

Mais Nantes, ville du Premier Ministre, devait être un exemple symbolique de l’application de la politique du Gouvernement, à l’instar de la ville de Paris. Jean-Marc Ayrault a dit, son ancienne collaboratrice exécute.

C’est pourquoi la Municipalité a décidé de passer en force confondant  vitesse et précipitation.

Car si la majorité s’auto-congratule sur la qualité de la concertation, la réalité est bien différente :

-          Application de la réforme imposée dès la rentrée 2013,

-      Choix de la demi-journée travaillée imposée le mercredi matin alors qu’une demande pour la mise en place la ½ journée supplémentaire le samedi existait. Pour les parents, le samedi permet de discuter avec les enseignants et les autres parents. Pour les enseignants, cela permet de récupérer le lundi matin des enfants moins fatigués et donc plus vigilants. Cette question n’a pas été abordée à Nantes.

-       À lire les déclarations de la 1ère adjointe dans la presse, on pourrait penser qu’il y a eu concertation. Pourtant, les syndicats enseignants ne sont pas de cet avis. De nombreuses demandes de rendez-vous d'écoles, de parents d'élèves n'ont pas été honorées. Pas même de réponse.

-        Envoi d’un questionnaire de 8 pages, pour beaucoup de parents très, trop compliqué à renseigner. Les chiffres démontrent cette complexité. Moins de 30% de réponses des parents selon l’ancienne attachée parlementaire de Jean-Marc Ayrault. Près de 70% à Orvault, 78% à Vertou… Nous sommes bon derniers en Loire Atlantique et en France. Et le questionnaire de Nantes était biaisé, puisqu’il n’était pas demandé aux parents leur préférence pour 2013 ou 2014. La question du mercredi ou du samedi n’était pas non plus posée.

-          Absence de débat en Conseil Municipal enfin. Il aura fallu que les élus du groupe Ensemble pour Nantes l’impose par l’intermédiaire du débat thématique pour que cette question soit évoquée, ce faisant ainsi le porte voix des élèves, parents, enseignants, acteurs associatifs et syndicats demandant le report à 2014

 

Par ailleurs, la présentation faite par l’héritière du 1er Ministre ne répond pas à au moins 4 questions pourtant essentielles :

1) Le mercredi midi, la restauration sera-t-elle réservée aux enfants inscrits l’après-midi au périscolaire ? Ou tous les petits Nantais pourront-ils déjeuner à l’école ?

2) Les centres de loisirs seront-ils ouverts le mercredi matin puisque près d’un tiers des élèves nantais, ceux inscrits dans les écoles sous contrat d’association avec l’État, n’auront pas cours le mercredi en 2013 ?

3) Le projet éducatif. Le temps de cours en moins ne doit pas se transformer en temps de garderie en plus pour des enfants dont la journée de présence en classe ne sera finalement pas diminuée. Comment celui-ci sera défini alors que les écoles ont jusqu’au 16 mai pour rendre leur copie, soit quelques semaines avant la fin de l’année scolaire ? Comment sera garantie  la continuité éducative entre les projets des écoles, qui émanent des équipes pédagogiques et qui par nature sont tous différents les uns des autres, des activités proposées aux élèves en dehors du temps scolaire ? Il faut offrir à chaque enfant un parcours éducatif cohérent et de qualité avant, pendant et après l'école.

4) Et puis se pose bien sûr la question du financement de cette réforme ? On nous promet ni participation financière ni augmentation des impôts. Alors quelles économies seront faites dans les actuelles dépenses de la ville, alors que l’Etat va accélérer la diminution des aides versées aux collectivités locales et que le Gouvernement a annoncé une aidée dérisoire non pérenne ? Quelques mois avant la rentrée 2013, la question financière n’a toujours pas été abordée en Conseil Municipal. A ce jour, pas un euro n’est prévu au budget.

La Ville de Nantes n’aurait pas dû faire de cette réforme un acte politique de soutien à un Premier ministre en danger. Dans toutes les villes de France, et même dans ce Département, des élus de droite comme de gauche demandent dans leur majorité le report à 2014.

 

Malheureusement à Nantes, cette réforme est devenue une réforme politique bien loin de l’intérêt des enfants et des acteurs de l’éducation.

 

Julien BAINVEL qui a été le premier à aborder ces questions demande des réponses claires et précises. Les parents les attendent.

 

Communiqué diffusé le 15/05/2013

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  Photo JB 3

Conseiller Municipal de Nantes
Elu du quartier Breil Barberie
Chargé des questions environnementales

Recherche

Pour me contacter

Mairie de Nantes
2, rue de l'Hôtel de Ville
44094 Nantes Cedex 1
02.40.41.92.07
julien.bainvel@mairie-nantes.fr

A vos agendas