Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 16:53

Les négociations entre le Parti Socialiste et Europe Écologie - Les Verts se focalisent sur une demande : l’abandon du nucléaire.

 

Négocier des places de députés ou de ministres contre l’abandon du nucléaire est totalement irresponsable.

Abandonner le nucléaire, c’est abandonner notre indépendance énergétique. C’est supprimer près d’un million d’emplois, c’est se priver d’un secteur industriel où la France occupe le 1er rang, c’est enfin voir la facture énergétique des Français exploser.

 

L’accord signé hier entre les deux formations politiques prévoit la fermeture de 24 réacteurs, soit plus de 40% du parc Français. Cet accord n’explique pas comment sera financé le démantèlement des centrales (plusieurs milliards d’euros), quelles énergies viendront compenser la perte de production liée à cette fermeture, quel sera l’impact écologique, le bilan énergétique (en termes d’émission de gaz à effet de serre notamment) de ces nouvelles énergies, quel sera le coût de ces mesures pour les Français (sur leur facture, sur la dette et sur les taux d’intérêt payés par la France).

 

Aujourd’hui, pas un responsable politique de Gauche, n’explique ces conséquences.

Pas un responsable politique de Gauche, n’avoue aux Français que le nucléaire est une énergie propre, non émettrice de gaz à effet de serre.

Pas un responsable politique de Gauche n’informe les Français que leur facture sera multipliée au minimum par 4 en cas d’abandon du nucléaire.

Pas un responsable politique de Gauche ne dit aux Français que nous exportons notre savoir-faire et notre technologie dans le monde entier.

 

À ce titre, le silence de Jean-Marc Ayrault présenté comme 1er ministrable est assourdissant.

 

Bien sûr, il faut diversifier notre bouquet énergétique. Bien sûr, il faut développer et soutenir les énergies renouvelables. Bien sûr, il faut avancer sur la question des déchets nucléaires et de leur traitement.

 

Mais la réalité, c’est que notre Pays a pris beaucoup de retard dans le développement de ces énergies renouvelables. Les Verts qui ont été au pouvoir à plusieurs reprises ces 30 dernières années ont d’ailleurs une part de responsabilité dans ce retard qui s’est accru à la fin des années 1990.


Si demain, nous abandonnons le nucléaire, nous irons nous équiper en panneaux photovoltaïques, en éoliennes à l’étranger, nous achèterons notre gaz, notre électricité produite par des centrales à charbon… à l’étranger, dans des pays émergents ou européens qui ont développé des technologies, des savoir-faire et des emplois que nous n’avons pas. On perdrait donc des emplois sans en créer de nouveaux.

 

Il est urgent que nous puissions travailler au développement d’énergies nouvelles. À ce titre, le soutien du Président de la République et de son gouvernement à l’éolien offshore, qui constitue pour nos entreprises, et notamment pour les chantiers STX, une vraie source de diversification, et donc à terme de création d’emplois dans un secteur dans lequel nous pouvons devenir leader, est fondamental.

 

Il est donc grand temps que le marchandage des Verts s’arrête.

Que le Parti Socialiste prenne enfin la mesure des défis, notamment énergétiques, auxquels nous devons faire face.

Que l’écologie et la défense de l’environnement ne soit plus l’otage d’une formation politique, mais qu’elle irrigue l’ensemble de la société française.

 

L’un des enjeux de la Présidentielle est bien celui là.

 

Et au moment de faire leur choix en 2012, les Français sauront, j’en suis convaincu, reconnaître que depuis 2007, au plan national, comme au plan local, c’est bien l’UMP qui a défendu une autre vision de la défense de l’environnement : incitative, constructive, valorisante pour les citoyens et les entreprises. Une écologie pragmatique et réaliste. Une écologie qui s’inscrit dans une croissance durable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien BAINVEL - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  Photo JB 3

Conseiller Municipal de Nantes
Elu du quartier Breil Barberie
Chargé des questions environnementales

Recherche

Pour me contacter

Mairie de Nantes
2, rue de l'Hôtel de Ville
44094 Nantes Cedex 1
02.40.41.92.07
julien.bainvel@mairie-nantes.fr

A vos agendas