Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 15:37

 

Il y avait déjà eu l’épisode de la finance. Annonçant au Bourget que son seul ennemi était la finance, François Hollande déclarait ensuite dans une interview dans un journal anglais, qu’avec lui la finance n’avait rien à craindre.

 

Ensuite, il y a eu l’épisode des 60 000 créations de postes dans l’éducation nationale. Au départ, il s’agissait de 60 000 créations supplémentaires, puis il a été annoncé par l’équipe de campagne du candidat que, finalement, ces créations devraient être « compensées », c’est-à-dire que 60 000 postes devraient être supprimés ailleurs, sans que l’on sache exactement où !

 

Nous avons également eu le droit à l’épisode fiscal : fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu. Puis Jérôme Cahuzac, chargé des finances pour la campagne du candidat PS, expliquait qu’il y aurait simplement un rapprochement des deux impôts.

 

Entre temps, les Français ont connu l’épisode familial : la suppression du quotient familial s’est effacée derrière une modulation du quotient familial, dont l’équipe du candidat a reconnu qu’elle était plus facile à dire qu’à faire !

 

Sans parler de l’épisode récent de la taxation à 75% des hauts revenus. En 5 minutes, le candidat socialiste a indiqué que les hauts revenus correspondaient à 1 million d’euros par mois, puis à 1 million d’euros par an. Finalement, nous avons appris que ces 75% ne s’appliqueraient qu’aux revenus dépassant ce plafond et non à l’intégralité des revenus.

 

Le dernier épisode en date concerne le soi-disant boycott organisé, à la demande de Nicolas Sarkozy, par les différents dirigeants européens.

Pourtant, il y a quelques jours à peine, François Hollande accusait Nicolas Sarkozy d’être le pantin de Mme Merkel, de n’avoir aucun pouvoir, aucune influence, aucune autorité sur la scène européenne. Et aujourd’hui, il pourrait gérer jusqu’à l’agenda des plus hauts responsables européens !

 

Ceci n’est pas sérieux.

On ne peut pas tout dire et son contraire. Cela porte gravement atteinte au débat politique. Cela décrédibilise la parole politique et cela favorise le vote en faveur des extrêmes.

 

La réalité c’est qu’avec François Hollande, le changement d’avis c’est tout le temps. Et qu’aucun dirigeant sérieux ne souhaite qu’il préside aux destinées de la France, car nos partenaires européens ont bien compris, eux, que l’élection de François Hollande à la présidence de la République serait une catastrophe pour la France mais aussi, parce que nos économies sont liées, parce que la France est, n’en déplaise aux socialistes, moteur au niveau européen, une catastrophe pour l’Europe et pour chacun de ses États membres.

 

Voilà pourquoi François Hollande n’est pas reçu, voilà également pourquoi Monsieur Fabius émissaire du candidat socialiste à l’international a du écourter son séjour en Asie, faute de pouvoir rencontrer les dirigeants de ces pays.

Mais sans doute est-ce encore une fois de la faute de Nicolas Sarkozy !

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien BAINVEL - dans Ouvrez la à Nantes !
commenter cet article

commentaires

Présentation

  Photo JB 3

Conseiller Municipal de Nantes
Elu du quartier Breil Barberie
Chargé des questions environnementales

Recherche

Pour me contacter

Mairie de Nantes
2, rue de l'Hôtel de Ville
44094 Nantes Cedex 1
02.40.41.92.07
julien.bainvel@mairie-nantes.fr

A vos agendas