Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 12:00

Mercredi soir, j’assistai avec ma collègue Sophie van Goethem, à la réunion organisée par la Ville, salle du Radar, pour parler du projet d’implantation d’une antenne relais rue de la Marrière.

Étaient présents : Aicha Bassal, adjointe, Catherine Touchefeu, adjointe du quartier, Marie-Françoise Clergeau, députée, des agents de la ville et de Nantes Métropole, deux représentants de la société Orange. Je regrette que l’ARS, agence régionale de santé, n’ait pas été présente. Je regrette aussi que l’adjointe du quartier n’ait pas pris la parole.

 

Dans une salle comble, près de 200 personnes, le projet a été présenté rapidement, Orange a expliqué les raisons pour lesquelles la société cherchait à s’implanter sur cette partie de la Ville, Mme Bassal a rappelé l’existence de la Charte signée entre la Ville et les opérateurs, et les services municipaux ont expliqué la procédure qui était retenue pour valider les dossiers techniques et les demandes de travaux.

 

De nombreuses interventions du public ont permis un échange constructif.

Les personnes présentes dans la salle ont :

-          dénoncé le manque d’information et de concertation sur le dossier du 73 rue de la Marrière ;

-          demandé qu’une vraie concertation soit engagée et que le projet soit rediscuté concrètement avec les différents collectifs représentatifs des riverains ;

-          demandé que le principe de précaution soit appliqué ;

-          estimé que les demandes officielles et réglementaires n’ont pas été assez étudiées ;

-          posé des questions très précises à Orange et aux élus de la majorité….

 

Pour ma part, je suis intervenu pour dire quatre choses qui me paraissaient importantes :

1)       le discours consistant à rejeter la faute sur les autres, en l’occurrence l’État, est un discours simpliste. Et dire que sans la Charte, les opérateurs pourraient faire ce qu’ils voudraient est un mensonge. J’ai rappelé que le Maire avait des pouvoirs considérables en matière d’urbanisme et qu’il peut très bien refuser, comme certain maires de l’agglomération ou d’autres villes de France, telle ou telle demande de travaux. J’ai également indiqué que certains particuliers soumis à la même procédure de demande préalable de travaux qui souhaitent installer un velux ou refaire leur façade sont parfois plus contrôlés par les services de la ville que les opérateurs.

2)       effectivement les opérateurs ont, par la loi, une obligation de couverture du territoire. Je pense que le Maire de Nantes, également Président de Nantes Métropole, devrait prendre le sujet à bras le corps au niveau des 24 communes de l’agglomération. En travaillant avec les 24 communes, dans la plus grande transparence associant toutes les sensibilités politiques, on pourrait travailler avec tous les opérateurs pour déterminer les zones qui ne sont pas assez couvertes à l’échelle de l’agglomération, et travailler ensemble, avec les populations situées sur ces zones, à la recherche des sites qui posent le moins de problème. Le tout en arrivant à mutualiser les sites d’implantation et les antennes entre les différents opérateurs.

3)       en plus des questions de santé qui sont évidemment très importantes, il y a la question esthétique, d’intégration paysagère qui n’est pas traitée. J’ai demandé à ce que des simulations nous soient présentées, car je considère qu’un pylône de 30 mètres de haut est une verrue dans le paysage. Deux images, peu convaincantes, nous ont ensuite été présentées.

4)       qu’il y avait ce soir des personnes qui étaient dans une logique constructive et qu’il fallait réussir à travailler de manière collective.

En clôture de réunion, Mme Bassal a demandé à Orange de ne pas commencer les travaux. Elle a proposé de rencontrer l’ensemble des collectifs avec l’opérateur après les vacances scolaires pour rediscuter du projet. Le projet est donc pour l’instant gelé.

 

 

J’ai toujours pensé que la Charte Ville / opérateurs était une bonne chose, mais aujourd’hui il faut aller beaucoup plus loin. D’où ma proposition de travail à l’échelle de Nantes Métropole. L’union fait la force. Nous sommes capables, j’en suis sur, de répondre aux questions des habitants, en protégeant les publics fragiles, tout en permettant aux opérateurs de remplir leurs obligations légales.

J’ajoute, qu’en laissant passer la demande de travaux d’Orange, le Maire a reconnu qu’il était d’accord avec ce projet précis. Il faut ensuite savoir assumer les conséquences de ses actes et ne pas se défausser sur les autres.

Le manque de concertation dans ce dossier n’est pour moi pas étonnant. Il y a, je le dis depuis longtemps maintenant, un vrai problème démocratique dans notre ville.

Grâce à la mobilisation des collectifs, des habitants, des parents d’élèves …, une réunion a eu lieu et a débouché sur le gel provisoire du dossier.

Ceci est une 1ère étape.

 

Mais je vois chaque semaine dans les différents quartiers nantais, des collectifs de riverains, de parents d’élèves, naitre pour s’inquiéter des ondes émises par telle ou telle antenne, s’inquiéter du projet d’une nouvelle antenne sur tel édifice…

 

Je crois beaucoup au dialogue. Tant que tous les acteurs concernés ne se retrouveront pas autour de la table pour discuter, pour identifier les points de tension, et pour construire des solutions communes, ce sujet restera compliqué.

 

Dialogue, concertation, écoute sont les clefs de la réussite municipale et cela vaut pour tous les sujets : des aménagements routiers aux projets immobiliers en passant bien sûr par les antennes relais.

 

Je reste mobilisé sur le dossier de la Marrière comme sur les autres dossiers et je continuerai à faire valoir mon point de vue sur cette question et à agir concrètement pour que les problèmes soient réglés et que tout le monde puisse y trouver son compte.

 

 

Plus d’informations sur : http://collectif.marriere.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien BAINVEL - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre DELANG 29/04/2011 20:59


Bonsoir,
Pour être sur de ne pas avoir à faire à un énième démagogue, tenant des discours électoralistes,pouvez-vous m'indiquer précisément, en vous appuyant sur le code de l'urbanisme ou tout autre support
juridique, comment un maire peut annuler l'implantation d'une antenne ? Et par la même me donner un exemple d'une ville de votre étiquette politique qui aurait refuser une implantation et pour
quelle(s) raison(s) (un refus juridiquement abouti bien-sur)

Un riverain de la Marrière...


Julien BAINVEL 11/05/2011 15:20



Monsieur ,


J'ai pris bonne note de vos interrogations que je comprends. Sachez que mon intervention lors de la réunion publique visait à faire valoir mon point de vue sur le dossier de la Marrière et sur la
gestion par l'actuelle municipalité du dossier des antennes relais.


Un Maire peut en application de ses pouvoirs de police dans le domaine de l'urbanisme refuser l'implantation d'une antenne relai à tel ou tel endroit sur son territoire. Cette décision peut bien
évidemment être attaquée par l'opérateur qui estimerait la décision du Maire infondée. Mais il n'existe en France que très peu de procédures judiciaires entre opérateurs et collectivités, tout
simplement car si une autorisation est refusée, cela oblige l'opérateur à négocier avec la Ville pour trouver un autre site. Les procédures judiciaires étant longues, et les opérateurs ayant des
obligations de couverture à respecter, un terrain d'entente est toujours possible.


Encore faut-il accepter le dialogue, et du coté de la municipalité engager un rapport de force, ou au minimum faire de ces questions d'implantation une question commune à la Ville et aux
opérateurs.


Pour ce qui est des exemples concrets, je peux vous en citer deux : la situation qui évolue encore ce jour à Sainte-Luce, ville dirigée par un Maire socialiste.


Et le cas de la Ville de Basse Goulaine, ville dirigée par une Maire UMP, qui après avoir accepté la déclaration de travaux, étant juridiquement valable, il a refusé d'accorder l'autorisation de
démarrer les travaux, ce qui a obligé l'opérateur à trouver un autre site qui ne posait pas de problème, et qui a été accepté par tous.


Il suffit donc, c'est en tout cas mon point de vue, que le Maire et les élus décident de travailler sur ces sujets en bonne intelligence.


C'est la raison puor laquelle il me semble qu'un travail concerté entre tous les opérateurs et les 24 communes de l'agglomération permettrait de déterminer les zones restant à couvrir, et les
sites pouvant accueillir d'éventuelles antennes relais.


Espérant avoir répondu à vos interrogations et restant naturellement à votre disposition,


Bien sincèrement,


Julien BAINVEL



Sebastien 22/04/2011 09:27


Merci beaucoup monsieur Bainvel d' être venu et d'avoir tenu de tels propos.


Présentation

  Photo JB 3

Conseiller Municipal de Nantes
Elu du quartier Breil Barberie
Chargé des questions environnementales

Recherche

Pour me contacter

Mairie de Nantes
2, rue de l'Hôtel de Ville
44094 Nantes Cedex 1
02.40.41.92.07
julien.bainvel@mairie-nantes.fr

A vos agendas