Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 18:19

Une famille se dit menacée après avoir dénoncé des consommateurs de cannabis.

Ils étaient bien dans leur quartier. Désormais, ils vivent dans la peur et veulent à tout prix déménager.
Elle vit "la boule au ventre". Voilà comment elle ressent l'affaire depuis le 2 septembre dernier. Ce jour-là, excédée de croiser quotidiennement "un groupe de quatre ou cinq jeunes fumer du hasch dans le hall de son immeuble", Mélanie, 24 ans, soudeuse de profession, décide de réagir. "Je ne supporte plus que mes enfants de 4 et 6 ans subissent ce genre de scènes" explique t-elle. Elle a demandé poliment aux gêneurs de quitter les lieux. En guise de réponse, insultes et menaces ont fusé. Mélanie, qui était avec ses enfants et son compagnnon, ne s'est pas démontée. "J'ai appelé la police devant les jeunes".
Deux jours plus tard, la situation s'est envenimée. Les jeunes en question l'ont violemment apostrophée. "L'un d'entre eux m'a même agrippée et bousculée fortement, assure Mélanie qui a déposé plainte au commissariat, certificat médical à l'appui. Mes enfants pleuraient, j'ai crié très fort. des habitants se sont mis aux fenêtres et heureusement, la bande s'est dispersée."

"Cafards" et menaces.
Depuis, sa vie au 9, allée Louis-Jouvet, quartier du Breil, "est un enfer". Avec mon compagnon, on a essuyé toutes les injures imaginables. On nous a traités de "cafards". Surtout, on nous a dit qu'on allait nous faire la peau. Les enfants ont peur. On vit dans un climat de terreur. Dès que l'on sort, on se retourne sans cesse. C'est tout sauf une vie."
La police a promis de multiplier les rondes mais cela ne suffit pas à rassurer la famille. Arrivée dans le quartier il y a sept mois, Mélanie entend désormais déménager à tout prix, le plus vite possible. Dans l'immeuble plusieurs locataires confirment que depuis cinq six mois, "l'ambiance dégénère". "En plus de la question du cannabis, il y a aussi des jeunes qui se livrent à des rodéos sans casque. On ne peut rien dire sous peine de se faire traiter de tous les noms".
Le médiateur du quartier, qui se dit prêt à aller voir toutes les parties concernées, livre pour sa part une version nettement moins dramatique de la situation. "Franchement, les jeunes ici, ce ne sont pas des méchants. On arrive très bien à discuter avec eux." Un riverain abonde : "Il y a quelques mois, c'était beaucoup plus tendu. A tel point qu'un locataire qui foutait le bazar a été expulsé. Depuis, c'est quand même nettement moins chaud".

"Une solution sera étudiée très vite".
Sécurité avant tout. Pas question "de prendre à la légère" ce type de dossier rassure Evelyne Carudel, directeur du patrimoine au sein de la Nantaise d'habitation, société qui gère plus de 8 000 logements HLM sur l'agglomération nantaise, dont les immeubles situés allée Louis-Jouvet, quartier du Breil. "La vie et la sécurité d'une personne ou d'une famille passent au premier plan. On va donc se rapprocher des locataires concernés pour examiner leur demande de mutation. Si cette demande est fondée, on trouvera une solution le plus rapidement possible, ça ne prendra pas un an." Les déplacements urgents de locataires, dus à des menaces ou des agressions, représentent généralement "dix à vingt dossiers chaque année sur les 1 000 attributions de logements opérées". Le baromètre social des différents quartiers nantais "est suivi de près". "Dans les grands groupes d'immeubles, généralement, le climat évolue en dents de scie, il y a des périodes calmes et d'autres plus chaudes. En cas de tension, on sollicite les services de la mairie et de l'Etat pour orchestrer des actions visant à assurer un retour au calme. C'est le cas actuellement sur le secteur de la Beaujoire où l'on rencontre quelques difficultés. On a deux ou trois logements que l'on ne loue plus le temps de retrouver un peu plus de sérénité dans un immeuble. Au Breil, on perçoit de petits signes d'agacement mais franchement, ce n'est pas un quartier où l'on recense actuellement de graves troubles".



Presse Océan - 15/09/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  Photo JB 3

Conseiller Municipal de Nantes
Elu du quartier Breil Barberie
Chargé des questions environnementales

Recherche

Pour me contacter

Mairie de Nantes
2, rue de l'Hôtel de Ville
44094 Nantes Cedex 1
02.40.41.92.07
julien.bainvel@mairie-nantes.fr

A vos agendas