Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 07:10
Monsieur Rimbert, mes chers collègues,

Lors du dernier Conseil municipal, je suis intervenu sur ce même dossier pour vous interroger sur la préparation de la rentrée scolaire 2013 – 2014 et notamment la prise en compte et les conséquences des modifications des rythmes scolaires.

Je demandais qu’une étude soit lancée par la Ville sur les conséquences que les futures décisions gouvernementales pourraient avoir pour notre collectivité.

Vous m’aviez alors répondu que rien ne pressait, qu’il fallait attendre que la concertation au niveau national soit close, que le projet de loi soit déposé, que la discussion ait lieu au Parlement et qu’ensuite nous pourrions l’appliquer à Nantes.

Pourtant 3 semaines après cette réponse, vous annonciez dans la presse que dès la rentrée 2013, les petits Nantais iraient à l’école le mercredi matin, avec restauration scolaire et prise en charge du transport entre l’école et le centre de loisirs. Vous annonciez également la constitution d’un groupe de travail en janvier.

3 semaines seulement pour tout régler, sincèrement bravo !

Je comprends bien que pour jouer au bon élève auprès du 1er ministre vous vous empressiez de faire tout ce que notre merveilleux Gouvernement imagine. Mais peut-être pourrions nous en discuter. Peut-être pourriez-vous associer les différents partenaires avant de faire des annonces.

Peut-être pourriez-vous prendre un peu de recul sur les orientations de Monsieur Peillon, dit numéro 3, pour analyser.

D’abord, je constate avec étonnement que la Ville est prête à sortir le chéquier pour payer tout ce que l’État voudra. J’imagine très facilement comment vous auriez réagi si un Gouvernement de droite avait lancé un tel projet. Car une modification des rythmes entrainera une modification des activités de loisirs, de la gestion du périscolaire, des recrutements d’ATSEM, des besoins de locaux, une augmentation des coûts de restauration… le tout à la charge de la Ville sans que le Gouvernement ait prévu la moindre compensation.

Sur le fond, il y a un constat que nous partageons tous je pense, notre École va mal. Très mal.
La réforme annoncée changera t’elle quelque chose ?

Réduire la journée de cours, mais pas le temps de présence à l’école, ajouter une demi journée de plus, et faire ses devoirs à l’école. Je ne pense pas que cela soit la meilleure manière de limiter la fatigue des élèves.
Faire les devoirs à l’école. D’abord rappelons que les devoirs écrits sont interdits depuis un décret de 1956. Que les devoirs donnés par les instituteurs sont des leçons à apprendre, chez soi. Pensez vous que les élèves pourront faire ce travail, à 30 par classe, en une demi-heure, en demandant également aux professeurs de faire ce que les parents ne font pas ?
Et qu’en sera-t-il pour les élèves de maternelles ?

Le Ministre prévoit également de nouvelles notions, de nouveaux apprentissages qui viendront s'ajouter à la morale laïque, l’enseignement de l’anglais (et plus une initiation), l’histoire de l’art, le B2I, la sécurité routière, le développement durable, l‘EPS, le porter secours… Les professeurs et les parents attendent un recentrage sur les fondamentaux : savoir lire, écrire, calculer.

Le Ministre prévoit également la fin du redoublement : comment faire dans une classe de cycle 3 où l’écart s’est tellement creusé entre le niveau des élèves les plus faibles et celui des plus forts qu’il faudrait gérer les classes en double ou triple niveau ? Comment faire en CE2 avec des enfants qui ne savent pas lire, et qui n’ont pas compris les bases de la numération décimale ?

Sur le fond, la réforme de l’éducation nationale est difficile et la loi Peillon n’est pas encore discutée et encore moins adoptée. On peut facilement imaginer que les professeurs feront jouer le rapport de force.

Alors prenons le temps d’anticiper, de préparer les choses, de concerter, de co-construire.
Pourquoi, alors que le Président de la République promet une mise en place de la réforme sur deux ans, vouloir tout faire tout de suite ? Saisissons cette possibilité pour bien border les choses.

Il nous faut trouver les solutions qui nous permettrons de nous assurer que demain tous les enfants pourront, à la sortie de l’école, se voir proposer, gratuitement ou non (cela doit être décidé) selon les moyens de leurs parents, des activités. Car finir plus tôt sa journée, pour se planter devant sa télé, sa console de jeux ou errer dans les rues, n’est pas l’objectif visé.

J'ajoute que depuis la rentrée scolaire, je reçois régulièrement des représentants de structures d'activités (sport, culture, musique, danse) présentes dans les quartiers nantais qui sont très inquiets. Vos annonces dans la presse ne les ont pas rassurés.

Comme l'a rappelé Pascal Bolo ce matin, si nous ne contenons pas la progression des dépenses de personnel, vous serez contraints de revoir à la baisse les investissements de la ville.
La question des rythmes doit donc faire l'objet d'une étude sérieuse.

Vous annonciez dans la presse la création d’un groupe de travail en janvier réunissant élus, parents d’élèves, éducation nationales… Nous souhaitons être représentés dans ce groupe de travail.

Je vous remercie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  Photo JB 3

Conseiller Municipal de Nantes
Elu du quartier Breil Barberie
Chargé des questions environnementales

Recherche

Pour me contacter

Mairie de Nantes
2, rue de l'Hôtel de Ville
44094 Nantes Cedex 1
02.40.41.92.07
julien.bainvel@mairie-nantes.fr

A vos agendas